Comment la technologie redessine les frontières de l’entreprise: tendances et impacts majeurs

Comment la technologie redessine les frontières de l’entreprise: tendances et impacts majeurs

NEWS

La digitalisation transforme la manière dont les entreprises opèrent. La technologie influence la façon dont les produits sont créés et vendus, ainsi que ce que les entreprises décident de ne pas faire. Les avancées technologiques ont permis des usines plus efficaces et des communications instantanées par e-mail. Les entrepreneurs tirent parti de ces progrès pour développer des produits rentables. En somme, la technologie a un impact profond sur le fonctionnement et les choix stratégiques des entreprises.

Le redémarrage du système à la maison

La révolution industrielle a marqué la fin du système de sous-traitance à domicile, où les entreprises fournissaient les matières premières et confiaient la production à des artisans indépendants. Les usines ont transformé le lien entre les travailleurs et leur lieu de travail en les employant directement et en les rémunérant par heure. Grâce aux progrès technologiques tels que le télégraphe, le téléphone, le transport maritime par conteneurs et l’amélioration des technologies de l’information (TI), il est maintenant possible pour les grandes entreprises de sous-traiter un grand nombre de tâches dans divers endroits.

La pandémie a accéléré cette évolution avec la généralisation du télétravail dans les pays développés, permettant aux employés de travailler à distance une partie significative du temps. Cela a conduit au déplacement des emplois des grandes villes vers les zones rurales tout en brouillant la frontière entre collaboration interne et externe.

Les entreprises utilisent désormais des ressources partagées allant du cloud computing au capital humain. Le nombre d’indépendants qualifiés gagnant leur vie aux États-Unis devrait atteindre 247 milliards de dollars en 2021, contre environ 135 milliards en 2018. Parallèlement, les grandes sociétés américaines et européennes externalisent de plus en plus leurs activités administratives.

Enfin, depuis le début de la pandémie, on observe une augmentation significative des exportations de services provenant des principaux marchés émergents. Ce changement s’est illustré par une nouvelle hausse des bénéfices annoncée par Tata Consultancy Services (TCS), géant indien spécialisé dans la sous-traitance informatique.

Avantage de la taille et focus

Dans les années 1980 et 2010, la mondialisation et le boom de l’informatique ont entraîné une modification des entreprises. La taille des entreprises a été influencée par des facteurs tels que les économies d’échelle, la pression concurrentielle accrue et la réduction du coût de communication entre les entreprises. Cela a conduit à une diminution du nombre moyen de secteurs dans lesquels opéraient les fabricants américains.

Selon Ronald Coase, la taille des entreprises est déterminée par un équilibre entre les coûts liés aux transactions internes et externes ainsi qu’à l’information. Certaines activités sont plus efficaces en interne tandis que d’autres sont mieux gérées par le marché.

Aujourd’hui, ces forces façonnent un nouveau type d’organisation pour les entreprises. Les performances des travailleurs sont désormais mesurées sur la base de leur production effective plutôt que du temps passé au travail. Cela se traduit par une réorganisation interne ainsi qu’une adaptation vis-à-vis des autres acteurs économiques.

Magasins et ambition canadienne

Les emplois dans les secteurs de la technologie, des finances et des services professionnels se sont étendus sur un plus grand territoire aux États-Unis depuis le début de la pandémie.

Les grandes villes ont perdu des emplois au profit des petites villes et même de la campagne. Depuis fin 2019, le nombre d’emplois dans ces trois secteurs a augmenté davantage dans les zones rurales que dans des villes comme San Francisco et New York.

De plus en plus d’entreprises répartissent leur travail au-delà des frontières. Cela permet à de nouvelles recrues de créer des liens personnels avec leurs compatriotes tout en élargissant le vivier de talents disponible pour l’entreprise.

Des entreprises américaines telles que Microsoft et Google investissent également au Canada pour y créer de nouveaux bureaux ou renforcer leurs effectifs existants. Ce mouvement vers le nord s’explique notamment par un coût de la vie moins élevé, ce qui rend ces villes canadiennes attractives pour attirer les talents du secteur technologique.

Selon une étude réalisée par CBRE, quatre des dix premières villes comptant le plus grand nombre de travailleurs du secteur technologique se trouvent au Canada. Ces quatre villes ont créé 180 000 emplois entre 2016 et 2021, soit une augmentation significative comparée aux villes américaines où la croissance a été moindre.

Travail étranger : main-d’œuvre hors du pays

Les entreprises aux États-Unis font face à des obstacles en matière d’immigration, les obligeant à chercher des solutions à l’étranger. Une étude de la Federal Reserve Bank of Atlanta a révélé une augmentation de 18% dans l’utilisation d’entrepreneurs indépendants par les entreprises américaines. Il y a également une tendance croissante à recourir à des travailleurs en “prêt de main-d’œuvre”. MBO Partners estime que le nombre de travailleurs indépendants aux États-Unis a considérablement augmenté au cours des dernières années, passant de 15 millions en 2019 à 22 millions en 2022. Cette évolution ne peut être entièrement expliquée par les pertes d’emploi liées à la pandémie, ce qui soulève des questions sur l’évolution du marché du travail et les choix professionnels des individus.

Des entreprises comme MobSquad comblent le fossé entre les besoins des employeurs américains et les limitations liées aux visas pour embaucher directement certains travailleurs qualifiés. Ces sociétés emploient ces talents au Canada, offrant ainsi une alternative flexible située entre l’intérim externalisé et l’emploi traditionnel. En outre, il est intéressant de noter que la crise financière mondiale antérieure n’avait pas entraîné une telle hausse marquée du recours au travail indépendant, ce qui souligne un changement significatif dans le paysage professionnel américain.

Ces évolutions mettent en lumière la capacité accrue des entreprises à s’appuyer sur un modèle hybride mêlant personnel interne et ressources externes. Cela soulève également des questions quant aux nouvelles dynamiques du marché du travail et illustre comment certaines organisations explorent des alternatives innovantes pour répondre à leurs besoins opérationnels tout en naviguant dans un environnement réglementaire complexe.

Travailleurs qualifiés face à tâches complexes

La montée en puissance du travail indépendant aux États-Unis a été rendue possible par l’avènement des plateformes de freelance. Cette tendance n’est plus limitée aux petits boulots, mais concerne désormais des missions complexes dans des domaines variés tels que le développement web et la production médiatique. Les grandes entreprises américaines adoptent également ces nouvelles méthodes de collaboration, comme l’illustre l’intégration de Slack permettant aux utilisateurs d’interagir avec des partenaires externes. En parallèle, une enquête révèle une augmentation significative du recours à la sous-traitance nationale et à la délocalisation d’activités pour certaines entreprises. De plus, les revenus des grandes entreprises informatiques actives en Inde ont connu une croissance notable au cours de la dernière année.

L’impact de l’externe sur l’interne

Les grandes entreprises cotées en Amérique et en Europe sont de plus en plus dépendantes des autres. En effet, la part moyenne de l’externalisation dans un échantillon d’entreprises a doublé, passant de 11 % en 2005 à 22 %. Ce phénomène est particulièrement remarquable chez les géants de la technologie comme Apple et Microsoft. Même les entreprises à croissance plus lente, telles que le géant de la vente au détail Walmart, ont connu des augmentations légères mais significatives. Ainsi, cette tendance montre que les entreprises dépendent de plus en plus des achats externes pour leur fonctionnement.

Les voyageurs travaillant en ligne

Les entreprises qui se développent et adoptent davantage de technologies ont tendance à externaliser plus d’opérations. Cette évolution rend les entreprises plus complexes à gérer, ce qui les pousse à déléguer certaines tâches. En parallèle, la technologie en pleine évolution modifie la structure des entreprises, leur permettant d’être plus flexibles dans leur recherche de main-d’œuvre et de lieux de travail.

Pour les travailleurs occidentaux, cette intensification de la concurrence pour les emplois peut entraîner une baisse des salaires. Les métiers les plus sujets à l’externalisation voient moins de disparités salariales entre pays. Cela signifie un niveau de vie potentiellement plus élevé pour les travailleurs des pays moins développés et pourrait également générer davantage de profits pour leurs employeurs.

Des mesures telles que la création d’un visa pour nomades numériques au Portugal ou l’introduction possible d’un “tech dollar” en Argentine visent à offrir des solutions aux travailleurs indépendants face à ces changements économiques mondiaux.

Comment la technologie redessine les frontières de l’entreprise: tendances et impacts majeurs

Auteur chevronné d’articles entrepreneuriaux, je partage une expertise affûtée sur les tendances d’affaires via des analyses pointues. Mon parcours illustre mon engagement à fournir un contenu professionnel et instructif pour stimuler l’inspiration dans le monde entrepreneurial.