PEA-PME

PEA-PME vs. PEA traditionnel : Quelles différences ?

JURIDIQUE - FINANCE

Dans le monde de l’épargne, il existe différentes solutions permettant d’investir dans des entreprises européennes. Parmi celles-ci, on trouve notamment le Plan d’Épargne en Actions (PEA) classique et le PEA dédié aux Petites et Moyennes Entreprises (PEA-PME). Mais quelles sont les différences entre ces deux dispositifs ? Quels sont leurs avantages et inconvénients respectifs ? Dans cet article, vous trouverez un comparatif détaillé pour vous aider à faire le bon choix selon vos objectifs d’épargne.

Qu’est-ce que le PEA et le PEA-PME ?

Le Plan d’Épargne en Actions (PEA) est un placement financier qui permet d’investir dans des actions européennes en bénéficiant d’avantages fiscaux. Il s’adresse principalement aux particuliers souhaitant diversifier leur épargne en investissant dans des actions tout en profitant d’une fiscalité allégée.

Le Plan d’Épargne en Actions dédié aux Petites et Moyennes Entreprises est quant à lui un dispositif similaire au PEA classique, mais réservé aux titres émis par des PME et ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) européennes. L’objectif principal du pea pme est de favoriser l’investissement dans ces entreprises, qui jouent un rôle crucial dans la croissance économique et la création d’emplois.

Comparatif des caractéristiques des deux dispositifs

Les entreprises éligibles

La principale différence entre le PEA et le PEA-PME réside dans les entreprises dans lesquelles vous pouvez investir :

  • PEA classique : Vous pouvez investir dans des actions de sociétés cotées sur un marché réglementé ou organisé (Euronext, Alternext…) ainsi que dans des parts d’Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières (OPCVM) investissant au moins 75% de leur actif dans des actions européennes.
  • PEA-PME : Vous avez accès aux titres de PME et ETI européennes cotées ou non cotées mais à fort potentiel de croissance. Les entreprises éligibles doivent respecter certains critères, tels qu’un chiffre d’affaires inférieur à 1,5 milliard d’euros ou un effectif n’excédant pas 5000 salariés.

Les plafonds de versements

Le montant maximum que vous pouvez verser sur ces plans diffère également :

  • PEA classique : Le plafond de versement est fixé à 150 000 euros pour une personne seule et à 300 000 euros pour un couple marié ou pacsé soumis à imposition commune.
  • PEA-PME : Le plafond de versement est plus faible, avec 225 000 euros par personne et 450 000 euros pour un couple.

Pour maximiser vos investissements, vous pouvez cumuler les deux dispositifs et ainsi bénéficier d’un plafond global de 375 000 euros (ou 750 000 euros pour un couple).

La fiscalité

En termes de fiscalité, les deux dispositifs sont semblables :

  • Les plus-values et dividendes réalisés au sein du plan ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu tant qu’ils sont réinvestis dans le PEA ou le PEA-PME.
  • Les retraits effectués avant cinq ans sont soumis à une imposition spécifique (19% pour les retraits entre deux et cinq ans, 12,8% pour les retraits avant deux ans), en plus des prélèvements sociaux.
  • Après cinq ans, les gains sont exonérés d’impôt sur le revenu mais restent assujettis aux prélèvements sociaux (17,2%).

Avantages et inconvénients de chaque solution

Le PEA traditionnel : une diversification plus large

L’avantage majeur du PEA classique est la possibilité d’investir dans un large éventail d’entreprises européennes, cotées ou non cotées. Cela permet de diversifier votre épargne et de limiter les risques liés à la concentration de votre portefeuille sur un nombre restreint de valeurs.

Néanmoins, le PEA traditionnel peut être moins attractif pour les investisseurs souhaitant soutenir spécifiquement les PME et ETI, qui offrent généralement un potentiel de croissance plus important que les grandes entreprises.

Le PEA-PME : pour soutenir l’économie locale et profiter d’un potentiel de rendement plus élevé

Investir dans un PEA-PME permet d’orienter votre épargne vers des entreprises de taille plus modeste, souvent en phase de développement et présentant un potentiel de croissance intéressant. Cela peut se traduire par des rendements plus élevés sur le long terme, tout en participant au financement de l’économie réelle.

Toutefois, il est important de noter que ces placements sont également plus risqués, car les petites entreprises sont souvent plus exposées aux aléas économiques et financiers. De plus, les titres non cotés peuvent être moins liquides, c’est-à-dire plus difficiles à revendre rapidement en cas de besoin.

Quel dispositif choisir ?

Dans l’idéal, il est recommandé de combiner les deux dispositifs pour bénéficier à la fois de la diversification offerte par le PEA classique et du potentiel de croissance des PME et ETI accessibles via le PEA-PME. En fonction de votre profil d’investisseur, de vos objectifs d’épargne et de votre aversion au risque, vous pourrez ainsi ajuster la répartition de votre portefeuille entre ces deux solutions.