Post bad : définition

post bad

L’expression « post bad » fait partie des nombreuses petites expressions qui ont vu le jour avec le développement des réseaux sociaux. Désignant originellement une certaine habitude de publication, elle a désormais acquis un sens plus large et trouve même une utilité dans le marketing digital.

À l’origine, c’est quoi un post bad ?

À l’origine, l’expression « post bad » était employée pour désigner une fille dans la fleur de l’âge, qui a développé une routine de publication de ses photos. Ces photos étaient généralement très soignées et pouvaient être publiées en grand nombre (plus de 5 ou 6 par jour). Les jeunes filles y adoptaient des postures que d’aucuns qualifieraient de provocantes ou de suggestives. Avant de poster ces clichés d’elles, ces amoureuses de selfies et de publications sur Instagram et autres réseaux sociaux se maquillaient et s’habillaient de façon très distinguée. Objectif : obtenir le cliché parfait à chaque fois.

C’est cette tendance à soigner exagérément le contexte de la photo qui a conduit à une généralisation du concept de post bad.

Le post bad au sens large, un outil marketing

Au fil du temps, on a commencé à parler de post bad pour les hommes et les couples aussi. Ceux-ci se mettent alors en scène, avec une élégance travaillée, sur des photos nettes et presque sans défaut. Ainsi, les exigences des posts bads sont tout simplement devenues une véritable manière de faire, une technique de marketing digital à part entière, applicable aux produits aussi.

Avec la technique du post bad, une entreprise peut ainsi mettre en valeur un ou plusieurs produits. Il s’agirait alors de réaliser des photos quasi-parfaites de ces produits, et de les publier dans le cadre d’une stratégie de communication digitale ou d’une campagne promotionnelle en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *