white and orange letter b logo

Qu’est-ce qu’un bounce email et comment les analyser ?

Digital

Si votre entreprise utilise l’emailing dans le cadre de sa stratégie de communication multicanale, alors vous devez absolument connaître et savoir analyser le bounce email, ou email rejeté. En effet, il s’agit d’un facteur très important pour évaluer la qualité de vos campagnes sur la base de leur taux de délivrabilité.

Si votre entreprise n’est pas encore tout à fait au point à ce sujet, découvrez ci-dessous ce qu’est que le bounce email ou l’email bouncé. Comment les analyser ? Ou encore, quel est leur impact sur une campagne de communication.

Le bounce email, qu’est-ce que c’est ?

Un bounce email est un email rejeté, c’est-à-dire un email qui n’a pas pu être délivré à son destinataire. Lorsqu’un email ne peut pas être délivré, l’émetteur du message reçoit un rapport d’erreur sous la forme d’un message d’échec. Ce dernier peut être provisoire (messagerie temporairement indisponible ou pleine, par exemple), ou un message d’erreur permanent (adresse de messagerie inexistante, par exemple).

En tant que professionnel, lorsque vous investissez une partie de votre budget en communication, vous devez absolument suivre l’évolution de vos campagnes afin d’en connaître la rentabilité. Parmi les indicateurs de performances à suivre, le taux de délivrabilité d’un email est incontournable. Dans ce cas, on parle du taux de bounce. Le taux de bounce correspond donc au total de messages d’erreur générés à la suite d’une campagne d’emailing.

En outre, il est important d’affiner cette définition en précisant qu’il existe deux types de bounces :

  • Les soft bounces
  • Les hard bounces

Faire cette distinction est nécessaire afin de pouvoir analyser les résultats d’une campagne d’email marketing de façon juste et pertinente. C’est justement l’objet du prochain point.

Soft bounce et Hard bounce, quelles différences ?

Distinguer les soft bounces et les hard bounces est nécessaire ? Car ceux-ci auront un impact différent sur vos statistiques d’envoi de campagnes d’emailing. Pour mieux le comprendre, voici une définition propre à chacun de ces deux concepts.

Le Soft bounce

Le soft bounce est un message d’échec provisoire de la livraison d’un message email. Ce message est généré par le serveur du destinataire et fournit une indication sur la nature du refus temporaire de transmission de l’email. Les raisons d’un refus de cette nature peuvent être multiples. Cela peut être dû à une boîte de réception pleine, une panne de serveur, ou encore, un contenu trop volumineux.

Le soft bounce fournit 2 indications. La première est que l’adresse mail utilisée est correcte. La seconde est qu’une seconde tentative d’envoi peut être mise en œuvre. Deux éléments qui sont donc favorables pour l’entreprise qui émet l’email dans le cadre d’une campagne de communication.

Le Hard bounce

Le hard bounce est plutôt problématique. Il indique en effet que l’email ne sera pas délivré à l’adresse mail utilisée, et ce, de façon permanente. Cela peut être dû à une adresse email erronée ou un blocage de votre adresse de la part du destinataire.

Les hard bounces constituent donc une véritable erreur dans le cadre d’une campagne de communication et il est important de connaître la raison de cette indélivrabilité. D’une part, cela permet de « nettoyer » ses bases de données en cas d’adresse obsolète. D’autre part, cela permet de revoir éventuellement la cadence de ses emails afin de ne pas transformer ses campagnes de communication en contenus assimilés à du SPAM. La principale différence entre le soft bounce et le hard est ici, puisque dans ce cas, une tentative de renvoi de mail est inutile. Le mail n’arrivera jamais dans la boîte email de vos destinataires.

Comment mesurer l’impact des emails bouncés sur vos campagnes d’emailing ?

L’analyse des résultats d’une campagne d’email marketing doit systématiquement être effectuée afin de contrôler le niveau de réussite de la campagne en question. On estime en moyenne que les chiffres suivants sont les taux moyens enregistrés par les entreprises qui réussissent leur mailing markéting :

  • Taux moyen de soft bounces : 0.3 et 2.8 % d’emails temporairement rejetés.
  • Taux moyen de hard bounces : 0.3 et 2.6 % d’emails définitivement rejetés.

C’est sur la base de ces éléments que l’entreprise sera en mesure d’évaluer de façon précise et pertinente la réussite ou l’échec partiel de sa campagne de mailing.

Pour rappel, plus les taux d’emails bouncés sont bas (incluant soft et hard bounces), plus la campagne sera efficiente. Cela signifie également que la base de données utilisée pour la campagne est d’excellente qualité. À l’inverse, plus les taux de bounces sont hauts, et notamment s’ils dépassent les 3 %, plus il est indispensable de se pencher sur les facteurs ayant contribué à cet échec.

Il peut s’agir d’une base de données datée ou non mise à jour, d’un débit de mails trop important pour les prospects et clients, etc. Si ce constat est le même sur toutes vos campagnes, il est capital de reprendre les choses en mains, car vous pourriez rapidement être placé dans la catégorie des spammeurs.

Comment réduire le taux de bounces ?

Il existe plusieurs astuces qui permettent de réduire les taux d’emails bouncés. Pour ce faire, il faut notamment :

  • Toujours utiliser des bases de données qualifiées « Opt-In », c’est la base !
  • Mettre régulièrement à jour les bases de données utilisées (supprimer les adresses mail hard bouncées, et supprimer les adresses mail soft bouncés au bout de 3 rejets consécutifs).
  • Toujours intégrer un lien de désabonnement dans les emails envoyés.

En tant qu’annonceur, vous avez la nécessité de faire attention à votre réputation. Si vous êtes classé en tant que spammer, sachez que vos emails ne parviendront plus à atteindre les boîtes email de vos prospects et de vos clients, ce qui est très mauvais pour votre image de marque.

L’analyse régulière de vos performances vous permettra d’optimiser vos actions et d’affiner vos stratégies.

En conclusion :

Si vous êtes parvenu jusqu’ici, alors le concept d’email bouncé n’a désormais plus de secret pour vous. S’il s’agit d’une problématique à laquelle votre entreprise est confrontée dans le cadre de ses campagnes d’emailing, vous savez désormais pourquoi il est si important d’y remédier.