Reprise de l’immobilier de bureau en 2022

Immobilier

S’il avait connu des difficultés ces dernières années à cause de la pandémie, en 2022 le marché de l’immobilier de bureau semble repartir. Il apparaît toutefois urgent de le repenser, et de le rééquilibrer en fonction des mutations actuelles du monde du travail.

1. Le constat d’un marché de l’immobilier de bureau fragilisé

1.1 Impact de la crise sanitaire sur le marché de l’immobilier de bureau

1.1.1 Des chantiers à l’arrêt freinant les transactions et locations

En raison du confinement, les chantiers ont suspendu leur activité. Élaboration des matières premières, livraisons, construction de bâtiments, fournitures en matériels et matériaux : tout le secteur du BTP a été interrompu. Cet aspect a lourdement pesé sur la santé du marché immobilier de bureau, qui s’est trouvé fragilisé, et donc, un nouvel équilibre du marché est donc essentiel à trouver. Les transactions ont été stoppées. De nombreux locaux n’ont pas trouvé preneurs.

1.1.2 Le développement du télétravail : une présence moindre dans les bureaux

Avec l’obligation de se confiner à la maison, les entreprises ont dû compenser les conséquences des bureaux fermés en proposant du télétravail à leurs salariés. Si aucuns n’ont pu y trouver un certain confort, le marché de l’immobilier en a été pénalisé, puisque de nombreuses surfaces se sont trouvées dénuées de toute utilité. Les frais de location représentant la deuxième source de dépense après les salaires, le coût des bureaux a donc dû interroger certains chefs d’entreprise. Ne sachant pas comment la situation allait évoluer, les potentiels investisseurs ont cessé leurs recherches de locaux, d’où des transactions au point mort.

2. Marché immobilier de bureau à Paris : une situation contrastée

2.1 Une reprise du marché, mais pas partout

Ingrid Nappi, dans une interview accordée à France Info, admet que le marché de l’immobilier de bureau se remet bien de la crise à Paris même et dans les quartiers des affaires : Paris et Paris Centre-Ouest représentent 48 % de la demande placée francilienne au 3ᵉ trimestre de 2021. Il est indéniable cependant que la situation géographique des biens proposés s’avère déterminante : La première et la seconde couronne ne représente que 23% de la demande placée en 2021, contre 35% en 2019.

2.2 La nécessité d’un bureau bien placé

Quelle conclusion tirer de ces chiffres ? Le marché immobilier de bureau a toujours été contrasté à Paris. Si l’immeuble est bien placé, accessible aux transports (RER, métro, gare sncf), il trouvera bien plus facilement un acquéreur. Les investisseurs pensent donc « qualité », d’une manière encore plus prononcée qu’avant la pandémie.

3. Repenser un nouvel équilibre pour le marché de l’immobilier de bureau

3.1 louer un bureau à Paris : la tendance de la sous-location.

Si toute la surface d’un bureau n’est pas optimisée, pourquoi ne pas en proposer la sous-location ? En mars 2021, le marché immobilier de bureaux parisiens présentait environ 100 offres de sous-locations pour 100 000 m2. Désormais, on en trouve 126 pour à peu près 150 000 m². La tendance de la sous-location pour louer un bureau à Paris est en expansion : certaines entreprises ont dû se séparer certains salariés et le télétravail amoindrit la présence physique dans les bureaux.

3.2 La transition du marché immobilier de bureaux à Paris

Si le quartier de la Défense a pâti de la crise sanitaire comme d’autres secteurs, Pierre-Yves Guice, directeur général du Quartier de la Défense, annonçait fin 2021 au journal « Les Echos » une volonté de transformer l’environnement des célèbres tours : il a en effet été prévu de revégétaliser les espaces publics sur la dalle piétonne et de créer un parc urbain de 7 hectares. La mise en circulation du RER E devrait également améliorer l’attractivité de ce quartier pour des salariés de plus en plus en quête de bien-être.

Le marché immobilier de bureau n’est pas mort : les salariés tiennent encore beaucoup à la présence physique dans les bureaux, en cela qu’il est riche en interactions sociales. Si les transactions et mouvements ont repris en 2022, il faut cependant comprendre que le marché est en pleine évolution, notamment sous l’impulsion des nouvelles générations qui recherchent un cadre de vie plus apaisant, au travail comme en privé.